Les enjeux de la rentrée 2020 en formation HSE Que de tensions !

Mais des opportunités à saisir ?…

Photo Frédéric Combes

Frédéric COMBES

Consultant HSE
chez EazySAFE

Puis quelqu’un vient rappeler qu’il y a un plan de formation à honorer d’ici le 31 décembre. Et qu’il y a un volet HSE avec telle ou telle formation légale ou au contraire volontaire à la suite d’un engagement de la Direction pris avant le Covid-19. Bien sûr, en cas de crise interne, comment ne pas résister à la tentation d’économiser et de reporter les formations HSE ? Qui ne servent à rien dans l’immédiat…

Puis quelqu’un vient rappeler qu’il y a un plan de formation à honorer d’ici le 31 décembre. Et qu’il y a un volet HSE avec telle ou telle formation légale ou au contraire volontaire à la suite d’un engagement de la Direction pris avant le Covid-19. Bien sûr, en cas de crise interne, comment ne pas résister à la tentation d’économiser et de reporter les formations HSE ? Qui ne servent à rien dans l’immédiat…

Les formations HSE permettent cependant de maintenir ce que l’on appelle la conscience de notre vulnérabilité collective. Tout un état d’esprit ! Pourquoi nous croyons-nous fort ? Alors que le retour d’expérience des accidents technologiques de la base ARIA1 est stupéfiant : plus de 55 000 sont répertoriés dont plus des ¾ en France, avec un rythme d’enregistrement des accidents d’environ 1 200 par année, soit plus de 3 par jour ! Serions-nous sourd et aveugle ?

De même, le retour d’expérience des assureurs est sans appel : faites de la sécurité pour gagner de l’argent ! Mais j’y pense, pourquoi voit-on alors si peu de managers en formation HSE ? J’ai un doute : les managers ne sauraient-ils pas que l’on gagne vraiment beaucoup d’argent en investissant dans la conception des installations, dans l’organisation des services et des entités, ainsi que dans la formation des salariés pour développer une Culture Sécurité pérenne ? On ne le leur aurait pas appris durant leur propre formation ? C’est bien possible…

Tous les éléments précités n’ont pas de résultat immédiat, mais peuvent être vus comme des investissements immatériels. Et qui dit investissement, dit aussi retour sur investissement. Je sais, la patience n’est pas la vertu première de notre époque. Car nous sommes bien à l’heure de l’immédiateté des mails, doublés parfois d’un SMS : « je t’ai envoyé un mail ».

Mais la « sécurité terrain » est sans appel : la Physique et la Chimie des substances et des matériaux vivent leur vie très bien sans nous ! Nous consultons souvent nos montres, mais la Physique et la Chimie ont le temps… Rappelez-vous, à Beyrouth, le nitrate d’ammonium a attendu patiemment six années avant que ça n’explose !

Une formation sur les risques chimiques dans ce cas précis aurait permis de faire prendre conscience aux dirigeants portuaires qu’il fallait le stocker ailleurs dans des conditions de sécurité adaptées, car 1 ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents) : base accidentologique française gratuite créée en 1992 et basée à Lyon (site Internet : https://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/ ) Frédéric COMBES 2 2 750 tonnes de NA, ce n’est pas bien difficile à déplacer en dehors d’une zone urbaine ! Mais non, on se sent invulnérable et on laisse traîner, englués dans des lois maritimes et des procédures administratives…

La formation HSE permet de mettre en place une Culture Sécurité si la hiérarchie a elle-même conscience de son importance. C’est tout le paradoxe de la formation HSE en petits groupes mais qui à terme permet à un groupe humain plus large, celui d’une entreprise, de prendre conscience de valeurs, d’attitudes et de compétences. En effet, les types de comportements individuels et collectifs déterminent l’engagement, le style et la capacité d’une organisation et donc d’une entreprise à maintenir le niveau de santé et de sécurité, voire le faire progresser.

Maintenir un sentiment de vulnérabilité sans tomber dans la peur ou le déni : que pouvons-nous faire ?

  • Comprendre les dangers du procédé et des substances chimiques ; quels sont les accidents « les pires probables » ? et quels sont les systèmes et procédures de sécurité en place pour les prévenir ? comment s’assurer que ces systèmes et procédures fonctionnent correctement ? comment se passe le retour de l’information à l’encadrement si un manque, une nonconformité, voire une erreur est détectée par un ouvrier ?
  • Ne jamais penser que cela ne peut pas arriver chez vous. Tout est possible et il faut veiller !
  • Encourager tout le monde dans votre entreprise à avoir conscience que le pire des scénarios peut se produire, et que cela pourrait arriver à tout moment ! Informer sur ce que l’on peut faire pour l’éviter, que faire si cela se produit et être toujours prêt à suivre les procédures d’intervention d’urgence.
  • Comprendre l’impact potentiel de certains événements « critiques » qui pourraient se produire, et pas seulement l’événement « le pire probable ».
  • Savoir dire merci, voire récompenser lors d’une détection, d’une trouvaille, d’une observation affûtée.

 

Est-ce que la formation HSE y contribue ? Oui bien sûr, mais elle devrait être complétée par des formations internes, des réunions comme des quarts d’heure sécurité pour éviter de « soûler » mais en même temps de maintenir une certaine pression. Car la Physique et la Chimie sont toujours sous pression, et peuvent avec un peu plus d’énergie, ou une petite erreur, entraîner un nouvel état du système et par effet domino, entraîner une situation dégradée. Selon le niveau de formation du personnel, notamment la nuit, les week-ends et jours fériés, ce seront eux, vos salariés qui feront la différence ! Car le temps que le ou la cadre d’astreinte ou les secours puissent intervenir, sera peutêtre trop long.

Cette période de Covid-19 a l’avantage de nous montrer toute la vulnérabilité de notre santé. Profitons de cette période pour renforcer la Culture Sécurité au travers de la formation HSE ciblée sur les risques de votre entreprise. Mais si envoyer du personnel en formations HSE à l’extérieur de l’entreprise est trop compliqué, on peut toujours envisager : soit de faire venir un formateur, soit d’utiliser des tutoriels en autoformation, soit d’utiliser un outil numérique comme Google Meet, Skype, Teams, WhatsApp, Zoom ou encore tant d’autres pour des formations à distance ?

 

Bref, les entreprises sont mises à rude épreuve au travers de cette pandémie, de la règle du port du masque, de la distanciation sociale, des horaires de travail parfois chamboulés, ou même des collègues qui ont obligation de rester chez eux vu leur état de santé déjà fragile. Et lorsque le carnet de commande ne ressemble plus « à d’habitude », comment maintenir le cap entre pérennité de l’entreprise et conscience des risques au travers d’une formation HSE bien ciblée ? Il faut déjà à l’évidence beaucoup de lucidité, de sens critique dans cette période anxiogène, pour rester connecté sur son cœur de métier, même en mode de survie !

Related Posts