Blog

L’importance du bien-être lors d’une période prolongée d’incertitude

ALAN WHITE

Consultant HSE
chez EazySAFE

Il y a des faits incontestables, dans l’océan d’incertitudes dans lequel nous baignons : la vie a changé de manière radicale au cours de ces derniers mois. La crise sanitaire que nous vivons et ses conséquences sont sans précédent. Personne ne sait combien de temps cette situation va durer, ni même si un retour futur à la normale se produira. De nouvelles expressions telles que « distanciation sociale », « confinement », et maintenant « déconfinement », remplissent l’espace médiatique ainsi que nos conversations. Ces expressions régissent en partie aussi notre relation au travail. Les entreprises modifient leurs pratiques afin de préserver la santé, la sécurité et le bien- être de leurs collaborateurs. Nous sommes nombreux à devoir travailler seuls ou depuis notre domicile, même dans le contexte de retour sur le lieu de travail. Aujourd’hui les salariés appréhendent le travail de manière différente. Tandis qu’ils s’adaptent à ces changements radicaux, employés et employeurs doivent s’efforcer de maintenir les niveaux de productivité, ainsi que le bien-être de tous les membres de l’organisation.

Dans une telle conjoncture, de nombreux facteurs peuvent avoir un impact sur notre bien-être et accroître notre anxiété. Deux d’entre eux ont une influence prépondérante : la peur de l’incertitude, et la perte des structures et des routines de notre vie. Il existe cependant des moyens de neutraliser ces facteurs et de réduire notre niveau de stress au travail ainsi que dans notre vie personnelle. Les dirigeants jouent un rôle important pour aider leurs collaborateurs à surmonter les nombreuses difficultés que ceux-ci rencontrent dans leur manière de travailler et d’interagir les uns avec les autres.

La peur de l’incertitude

L’incertitude suscite de la peur, et la peur peut influer sur notre réflexion et notre comportement et, par conséquent, sur les décisions que nous prenons. Lorsque nous sommes sous l’effet de la peur, il nous est impossible de réfléchir de manière logique ou rationnelle. La peur déclenche en nous une réaction « lutte ou fuite » qui referme notre cortex préfrontal, cette zone de notre cerveau qui régit la logique et le raisonnement. Ce mécanisme nous permet, lorsque nous sommes confrontés à un danger physique immédiat, d’agir en suivant notre instinct, au lieu de perdre du temps à examiner toutes les options possibles.

Ceci prend tout son sens dans certaines situations, mais s’avère contre-productif lorsqu’il s’agit de trouver de nouvelles façons de travailler ensemble dans un environnement donné. En tant qu’êtres humains, nous nous épanouissons lorsque notre vie est structurée, ordonnée, et qu’elle obéit à une certaine routine. Pour nous sentir au top, nous devons avoir le sentiment de contrôler notre vie, un sentiment que des habitudes et une certaine régularité nous procurent. Quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons à un moment donné, il est important que nous mettions en place une routine quotidienne le plus rapidement possible. Les dirigeants doivent tout mettre en œuvre pour aider leurs collaborateurs à y parvenir.

Le retour au travail implique ainsi différents challenges dans l’entreprise. Il ne se fera pas nécessairement pour tous, ni en même temps. Dans certains cas, des décalages de présence seront par exemple mis en place : les gens arriveront à des horaires différents les uns des autres, utiliseront les espaces communs comme la cantine, à différents moments, ou encore alterneront entre travail à domicile et travail au bureau. Quelle que soit la nouvelle organisation du travail choisie, l’impératif de distanciation sociale impliquera un moindre contact entre les collaborateurs. Garder régulièrement le contact avec ses collègues, ses équipes, devient dans ce sens fondamental. Continuez  d’organiser des réunions, en présentiel (en maintenant les distanciations et gestes barrières), en ligne ou en mélangeant les deux formats, cela permettra à tous de rester impliqués. Communiquez par téléphone ou par e-mails régulièrement, afin de vous rendre compte de la progression des uns et des autres, mais aussi pour demander aux membres de l’équipe comment ils s’adaptent. N’oubliez pas que chacun est différent, et leur capacité d’adaptation aussi. Vous pourrez ainsi suggérer à certains des moyens afin de mettre en place de nouvelles habitudes alors que d’autres seront rapidement retombés sur leurs pieds et auront déjà adopté une routine. Et pour tous, cette connexion avec les autres, même à distance, donnera à chacun le sentiment que la spécificité de leur situation est comprise, et qu’ils sont soutenus. Cette connexion permettra également d’atténuer l’anxiété causée par l’incertitude qui entoure une situation échappant largement à notre contrôle.

Prendre soin

Si les dirigeants instaurent ce soutien mutuel au sein de l’entreprise en s’impliquant eux-mêmes, faire des choses pour venir en aide à ses collègues deviendra rapidement une véritable culture. Lorsque les collègues se soutiennent mutuellement en se rendant service, le moral des uns et des autres croît de manière exponentielle. Cela n’est pas nouveau d’ailleurs et ce n’est pas lié au contexte actuel, mais cela prend d’autant plus de sens dans ce contexte. N’oubliez pas que toutes les personnes qui travaillent au sein de votre organisation peuvent être confrontées à des difficultés qu’elles n’ont jamais rencontrées auparavant. Certains collaborateurs resteront plus isolés qu’avant, en devant continuer de travailler à domicile au moins partiellement, adapter leur vie personnelle à leur vie professionnelle et inversement, même dans un contexte de retour des enfants à l’école. Certaines situations sont plus compliquées à gérer. Tout le monde n’a pas la même capacité de gestion. On ne connait pas toujours la situation à laquelle chacun est confronté, c’est pourquoi il est crucial de demander aux gens comment ils vont, et de leur offrir un soutien.

Perspective

Pour la plupart d’entre nous, notre sphère perceptuelle, ou notre perception du monde qui nous entoure, peut s’avérer assez restreinte. C’est une très bonne chose pour notre bien-être mental, car cela nous permet de structurer notre réalité et de sentir que nous exerçons un certain contrôle sur notre vie. Lorsque notre perception est élargie par de nouvelles choses intéressantes, si nous commençons une nouvelle activité de loisir, par exemple, ou si nous partons à la découverte d’un pays que nous ne connaissons pas encore, cela génère en nous un sentiment d’aventure et de plaisir.

En revanche, l’élargissement de notre sphère conceptuelle par des événements négatifs ou inquiétants peut nous rendre plus anxieux et avoir un impact sur notre état mental et physique. Le stress et l’anxiété altèrent notre sommeil et notre appétit, et nous entraînent dans des cycles négatifs. Plus que jamais, il est donc important d’ériger en priorités tout ce qui nous fait du bien : faire de l’exercice, bien dormir, rester en contact avec sa famille et ses amis même si cela doit s’effectuer au téléphone ou par conversation vidéo. C’est en restant connectés que nous pourrons nous adapter au mieux.