Revenir sur son lieu de travail 

portrait gemma collins doyle

GEMMA COLLINS DOYLE

Consultante HSE
chez EazySAFE

Qu’avez-vous ressenti en lisant le titre de cet article : crainte, ou excitation ? En répondant à cette question, vous aurez un bon aperçu de ce que ressent globalement la population active à l’idée de retourner, finalement, sur son lieu de travail. 

Même si près d’une année s’est écoulée, les salariés sont encore très nombreux à travailler de chez eux. Pour beaucoup, peu de choses ont changé car leur travail ne peut pas se faire à distance, et ils sont restés sur le lieu de leur activité.  

Pourtant, pour les milliers de salariés dont la vie professionnelle est totalement bouleversée depuis mars 2020, concilier travail et vie à la maison constitue une véritable prouesse.  

Avant que l’épidémie de COVID n’éclate en 2020, le télétravail devenait plus courant, et certains l’appréciaient comme un luxe.  

Cela dit, ce mode de travail ne convient pas à tous. Comme toute situation, il offre des avantages et des inconvénients et, selon votre style de vie et la configuration de votre logement, le télétravail peut être pour vous une source de soulagement ou d’anxiété.  

 

Avant d’aborder plus en détail le retour sur le lieu de travail, récapitulons les avantages et les inconvénients du télétravail :  

 

Avantages :  

  • Pas de trajets quotidiens épuisants pour se rendre sur son lieu de travail – davantage de moments privilégiés et un plus pour l’environnement 
  • Flexibilité des horaires – vous commencez plus tôt ou plus tard, en fonction de votre style de vie 
  • Flexibilité de l’organisation – comme vous êtes chez vous, vous pouvez déposer vos enfants à l’école, sortir le chien à l’heure du déjeuner, ou même préparer un bon dîner pendant votre pause-déjeuner ! 
  • Gain de productivité possible - car vous êtes moins distrait(e) de votre travail 
  • Environnement personnalisé – vous aménagez et décorez votre espace de travail à votre goût 
  • Tenue décontractée tous les jours ! – à vous les vêtements confortables ! Bon, au moins pour le bas…  
  • Moins de dépenses – pas de rendez-vous autour d’un déjeuner chic ni de frais de déplacements !  

 

Inconvénients : 

  • Manque de relations avec la communauté et perte du sens du travail en équipe  
  • Piètre communication – pas de communication entre collègues en temps réel  
  • Piètre motivation – en raison du manque de direction ou de structure 
  • Mauvaise configuration du poste de travail et/ou espace inapproprié 
  • Possibilité de burn-out – en abattant trop d’heures de travail 
  • Risque pour la productivité – certains salariés peuvent ressentir un manque de structure et de motivation 
  • Distraction –chez soi, pendant un confinement, il y a les enfants, auxquels il faut faire l’école ou dont il faut s’occuper, et peut-être des membres de la famille qui sont vulnérables.  

 

Il est important de garder à l’esprit ces avantages et ces inconvénients, et de trouver, pourquoi pas, une solution intermédiaire avant que la vie professionnelle ne revienne à une sorte de normalité 

Bon nombre de salariés et d’entreprises estiment peut-être déjà qu’à l’avenir, le travail de bureau sera hybride, avec la possibilité de travailler de chez soi et dans un bureau.  

Un équilibre entre ces deux mondes serait-il la voie à suivre ?  

Le retour des salariés sur leur lieu de travail après tant de mois va exiger de la part des employeurs un processus de soutien efficace. Il est possible que les salariés s’inquiètent des risques pour leur santé, et de nombreux autres facteurs doivent également être pris en compte.  

La pandémie va avoir un impact sociétal à long terme, que ce soit au travail ou en dehors du travail. Les changements dans la manière dont nous interagissons sur le plan social vont entraîner la réévaluation et la révision de nombreuses pratiques normalisées. En raison de ces changements, il faudra prévoir des arrangements et des marges de manœuvre pour les salariés confrontés à des préoccupations majeures : les plus vulnérables sur le plan de la santé et ceux qui sont susceptibles de travailler dans des environnements de travail à haut risque. Comme pour un retour au travail après une blessure ou dans le cas d’une maladie de longue durée, il est important que les employeurs leur garantissent un traitement uniforme et juste, tout en étant attentifs à l’ensemble des autres collaborateurs. S’ils veulent y parvenir, les employeurs devront impliquer plus d’un seul acteur dans ce processus.  

Pour que la réouverture du lieu de travail soit réussie, il faudra apporter des changements considérables aux politiques et aux pratiques de l’entreprise en matière de santé et de sécurité, afin de faire preuve de flexibilité envers chaque collaborateur. Les employeurs devront comprendre comment le stress et le bouleversement social sont vécus à tous les niveaux de la société.  

L’année écoulée a amené chacun à faire le bilan de sa vie, notamment de sa vie professionnelle. Certains en ont tiré une vision claire de ce qu’ils veulent, de ce qu’ils ne veulent pas, et de ce à quoi ils veulent retourner. Dans tous les cas, cette année nous aura appris à changer d’orientation et à voir les éléments positifs qui découlent de ce revirement complet, et certains de nous ont saisi cette opportunité.  

 

Quelques considérations pratiques 

Les employeurs doivent tout d’abord reconnaître les épreuves endurées par leurs collaborateurs tout au long de ces douze derniers mois. Ces salariés ont aidé leurs enfants à suivre les cours en ligne et n’ont cessé de télétravailler, de s’occuper des autres membres de la famille, de limiter les contacts sociaux avec leurs amis et les êtres qui leur sont chers, de porter des masques, de faire preuve de la plus grande prudence et de tout faire pour préserver leur santé et celle de leur famille. Tout cela sans discontinuer, sans qu’il n’y ait de pause dans l’avalanche de chiffres et l’afflux de mauvaises nouvelles.  

Lorsque leurs collaborateurs devront retourner sur leur lieu de travail ou au bureau, il sera crucial que les employeurs tiennent compte des difficultés qui seront associées à cette transition sur le plan de la santé mentale. Il ne fait aucun doute que la pandémie, s’ajoutant à plusieurs mois de confinement, a exacerbé la peur, la dépression, la colère et l’anxiété des uns et des autres. Il est primordial que les employeurs soient attentifs aux inquiétudes des salariés et qu’ils soient prêts à y répondre, leur donnant accès à des ressources psychologiques si nécessaire.  

 

Proposez des horaires flexibles – En fonction de leur situation, certains collaborateurs souhaiteront peut-être continuer en télétravail, notamment si un membre du foyer est particulièrement vulnérable. D’autres préfèreront une situation hybride, leur permettant de travailler de chez eux une partie de la semaine et sur site les autres jours. L’essentiel est que, en tant qu’employeur, vous favorisiez la discussion avec vos collaborateurs quant à leur situation et leurs besoins. Vous pourrez ainsi déterminer la meilleure façon d’aller de l’avant.  

 

Encouragez les gens à prendre soin d’eux-mêmes – Instaurez une culture d’entreprise où chacun prend soin de lui-même. Prendre soin de soi, cela signifie veiller à son propre bien-être mental, physique et émotionnel. En incitant vos salariés à embrasser cette culture, vous les aiderez à mieux gérer leur retour au travail et à éviter le burn out. 

 

Envisagez la possibilité de « Mental Health days » (ou Journées consacrées à la santé mentale) – De nombreuses entreprises fournissent à leurs salariés la possibilité de prendre des « Mental Health days », c’est-à-dire des jours qu’ils consacrent à leur santé mentale. Dans une période de changement et d’incertitude extrêmes, il est important que les salariés prennent du temps pour eux-mêmes et pour leur famille. Parfois, une journée loin du bureau peut contribuer à améliorer le bien-être psychologique d’un(e) salarié(e). Si votre entreprise ne dispose pas d’une politique prévoyant cette possibilité, c’est peut-être le moment d’y réfléchir.  

En résumé, les employeurs doivent créer un programme qui aide leurs collaborateurs à sentir qu’ils sont en sécurité et que l’on prend soin d’eux pendant cette période de retour sur le lieu de travail. Chaque individu vit une situation différente et a été touché de manière différente. Pour certains salariés, le retour sur le lieu de travail sera positif, pour d’autres non. Si vous placez vos salariés au centre de vos préoccupations, vous pourrez les soutenir et créer un environnement propice à la productivité, à la santé et à la responsabilisation.  

 

 

Related Posts